Anaïs Jacquet

Ostéopathe D.O.

10 bis allée Turenne
44000 Nantes

02.72.02.91.97

L'ostéopathie

Définition

L’ostéopathie vise à prévenir, diagnostiquer et traiter manuellement, les dysfonctions de la mobilité et des rythmes des tissus du corps humain susceptibles d’entraîner des troubles fonctionnels et donc d’en altérer l’état de santé.
(elle s’appuie donc d’une part sur la connaissance en détail de l’anatomie, physiologie, pathologie du corps humain, tout en incluant la chimie et la physique des éléments qui le composent. Elle s’appuie d’autre part sur l’art palpatoire)

Historique

Le Dr Andrew Taylor Still (1828 – 1917), américain, était médecin pasteur. Il est le fondateur de l’ostéopathie.
Tout commence par un drame personnel : en 1864, une épidémie de méningite cause la mort de 4 membres de sa famille dont 3 de ses enfants. En tant que médecin, cette impuissance provoque en lui un profond déchirement moral et une remise en cause de l’efficacité d’une médecine fondée sur l’usage de la médication. Il cherche alors une nouvelle approche de santé.
En 1874, A.T. Still ce concentre alors sur sa nouvelle approche basée sur des techniques manuelles avec pour principe qu’en relançant la mobilité d’un os, on lui redonne sa fonction. C’est pourquoi A.T. Still a donné le nom d’  « ostéo » (os) et « pathie » (maladie) à son approche. Toute structure du corps sans mouvement est donc une porte ouverte à la maladie ⇒ principe de thérapie pouvant s’appliquer à n’importe quelle partie du corps.
Il fonde alors par la suite , en 1892, la première école d’ostéopathie aux Etats-Unis à Kirksville (sa ville natale).

Le Dr William Garner Sutherland (1873 – 1954), américain, fut l’élève d’A.T. Still. Il est l’inventeur de l’ostéopathie crânienne (1946). Il soignait avec succès des bébés présentant toute sorte de troubles, maladies (plagiocéphalies, otites moyennes…). Il améliorait grandement leur vie quotidienne et leur retour à une meilleure santé. Il donne alors une dimension globale du fonctionnement du corps humain en y ajoutant le plan crânien.

Quelques dates importantes :

Principes

A la fin du 20e siècle, A.T. Still (père fondateur de l’ostéopathie) mis en avant 3 grands principes fondamentaux sur lesquels se répercuterait notre santé :

  1. L’unité de fonction du corps humain :

    L’être humain est un tout, il est une unité indivisible. Le corps humain fonctionne alors bien totalement ou ma totalement. Toute perturbation se produisant dans une région déterminée du corps pourra se manifester au début par des signes locaux puis, pourra s’étendre dans n’importe quelle autre région, ceci par les liens anatomiques . Tout traumatisme dans une quelconque région, par exemple une entorse de cheville, aura une répercussion (à +/- long terme) sur une autre partie du corps (les lombaires) voire la totalité de celui-ci.

    Exemple d’une entorse de cheville :

    • le patient se fait une entorse de la cheville gauche = douleur cheville G
    • il se plaint ensuite d’une douleur dans le genou G avec +/- douleur de la cheville G
    • puis se plaint d’une douleur dans le bas du dos à droite quelques jours après
    • une semaine après, le patient constate que cette douleur est toujours présente, mais qu’il présente également des douleurs et raideurs au niveau du cou ainsi que des maux de tête apparus depuis 2 jours
    • Hypothèse : il y a eu enchaînement des différents symptômes
    Entorse cheville G

    Boiterie

    Appui au sol modifié

    Adaptation du bassin par rapport aux nouveaux appuis

    Douleurs lombaires droite car blocage lombaire

    Tout le reste de la colonne s’adapte (notamment la tête et le cou) pour que le corps puisse maintenir l’horizontalité du regard afin que le patient fonctionne correctement

    Port de tête différent (de manière inconsciente)

    Tensions anormales au niveau des muscles du haut du dos et du cou

    Blocages des articulations au niveau des dorsales supérieures et des cervicales

    Irritations des nerfs cervicaux supérieurs remontant au niveau du crâne

    Maux de tête
  2. Interdépendance structure – fonction :

    « L’homme est fait pour fonctionner » A.T. Still

    • La structure : elle est la forme de la fonction à un moment donné. Elle lui sert de support. Elle représente la matière qui forme le corps humain : os, muscle, tendons … . On peut la définir comme la mécanique, les éléments qui permettent à la fonction de se réaliser.
    • La fonction : elle est l’activité de la structure à un moment donné. Elle représente le mouvement : actes volontaires comme la marche, et involontaire comme la digestion par exemple.

    Elles sont toute deux interdépendantes l’une de l’autre :

    • La fonction dépend de la structure : par exemple, toute perturbation d’une articulation (traumatisme influençant la biomécanique) se répercutera sur son fonctionnement (limitation de mouvement, douleur… etc)
    • La structure dépend de la fonction : par exemple, toute immobilisation prolongée d’une articulation va « enraidir » celle-ci ainsi que les structures aux alentours (ligaments, muscles … etc)

    Ceci démontrant l'unité undivisible du corps.

  3. Autoguérison, autodéfense et autorégulation : (la règle des trois « A »)

    « L’homme possède tout en lui pour assurer et maintenir l’état de santé » A.T. Still
    Le corps possède lui-même les moyens de surmonter la maladie tant que la relation « structure - fonction » est respectée. L’organisme possède ses propres moyens de défense et ses propres systèmes d’alarme. Comme disait A.T. Still : « L’homme possède son propre sérum ». Ceci indiquant que les médicaments ou autres artifices tels que la chirurgie ne sont pas forcément nécessaires en première intention . Il faut donner en 1er sa chance à l’organisme.

En résumé : l’homme étant une unité indivisible, toute modification de la relation « structure – fonction » entrainera obligatoirement une adaptation nécessaire voire une compensation (par les liens anatomiques) à un autre en droit du corps. Ce phénomène peut provoquer une douleur, une perte d’énergie, un déséquilibre … . Le corps va donc essayer par ses propres moyens de corriger ou de maintenir (quand correction difficile) une dysfonction moindre.

Indications

L'ostéopathie s'adresse :

L'ostéopathie est présente dans beaucoup de domaines notamment le sport ( cf. chapitre sportifs), mais s'adresse aussi aux personnes sédentaires ou aux personnes ayant une activité professionnelle ou autre les prédisposant à certaines pathologies (tendinites, sciatique, lumbago, contractures musculaires, anxiété ... ). Elle s'adresse également aux femmes enceintes (cf. chapitre femmes enceintes).

L'ostéopathe, en fonction de l'âge du patient, de ses antécédents, de sa morphologie et des symptômes qu'il présente, adaptera son approche et ses techniques afin d'obtenir le meilleur résultat possible, et ceci en toute sécurité.
Toute perte de mobilité d’une articulation, d’un muscle, d’un viscère … pourra provoquer un déséquilibre de l’état de santé. Ce qui se traduira par différents symptômes allant de la simple contracture à la gène articulaire ou musculaire, voire à la douleur aigûe puis chronique.
L’ostéopathe, manuellement, cherchera à diagnostiquer et à traiter ces différentes pertes de mobilités ( articulaires, viscérales, musculaires, crâniennes) afin de restaurer un équilibre de fonctionnement. L’ostéopathe recherche également les manifestations de stress, de surmenage ou de choc qui ont perturbé l’équilibre du patient, et ce, à différents moments de sa vie.

Mais l’innocuité, l’action préventive et l’effet curatif de l’ostéopathie ont cependant des limites et l’ostéopathie ne prétend pas tout soigner. Elle intervient en complément de la médecine traditionnelle, de la kinésithérapie, kinésiologie … . Elle ne propose pas de traiter les maladies cancéreuses dégénératives, génétiques, infectieuses ou mentales, ni les fractures ou luxations orthopédiques.

Ses indications:

L’ostéopathie connaît de vastes champs d’application et est efficace dans de nombreux domaines:

Et tout ceci de la tête aux pieds.

De manière générale, l’ostéopathie est indiquée:

Plus en détails:

Déroulement d'une consultation

Il faut toujours espacer les séances d’au moins quelques jours voire 15 J - 3 semaines afin que le traitement continue son action et que le corps s’habitue à son équilibre retrouvé.
Bien que l’ostéopathe ne puisse garantir le succès à 100 % , il fera tout son possible pour vous apporter une guérison et un soulagement le plus complet et le plus rapide possible.